Sauter la navigation

 
Vous êtes ici : Quarante-Deux KWS Sommaire du nº 41-42 Coupe, Géant, Homme

Keep Watching the Skies! nº 41-42, janvier 2002

Bram Stoker : la Coupe de cristal ~ le Géant invisible ~ l'Homme de Shorrox

(recueils sans équivalent en langue anglaise)

nouvelles fantastiques

 chercher ce livre sur amazon.fr [1] [2] [3]

chronique par Philippe Paygnard

C'est avec constance et conviction qu'Alain Pozzuoli poursuit son travail de réhabilitation du romancier Bram Stoker1. À travers ces trois recueils de textes, il démontre une fois encore que Stoker est bien plus que le seul auteur de Dracula et que son œuvre diverse et variée mérite le détour.

Pour mener à bien cette démonstration, Alain Pozzuoli, toujours aidé par le traducteur Jean-Pierre Krémer, propose ainsi plusieurs textes du romancier dans ces trois courts recueils publiés par Mille et une nuits. Certains de ces récits sont des inédits, alors que d'autres avaient déjà été publiés par ailleurs. Cependant, force est de constater qu'ils étaient pratiquement devenus introuvables et c'est donc une bonne chose que de présenter ces textes dans une collection à petit prix.

Chacun des trois ouvrages proposés par Alain Pozzuoli est construit autour d'un thème. La Coupe de cristal s'intéresse ainsi à la part autobiographique de certains des récits de Bram Stoker et aux thématiques récurrentes de l'auteur. L'Homme de Shorrox réunit plusieurs textes autour de la peur de la mort. Enfin, le Géant invisible permet de rappeler les origines irlandaises de Bram Stoker.

La nouvelle d'ouverture de cette trilogie s'intitule "la Coupe de cristal". Elle est particulièrement intéressante d'un point de vue historique puisqu'il s'agit du tout premier texte publié de Bram Stoker. "La Catastrophe" et "le Mystère de la mer", qui complètent ce premier récit, sont déjà connus des aficionados de Stoker2.

"Le Géant de Shorrox" est certainement le moins convaincant des trois textes réunis autour du thème de la peur de la mort, mais c'est un inédit. Ce qui n'est pas le cas du texte suivant, "la Palissade rouge"3, où Bram Stoker joue les rivaux de Robert Louis Stevenson (dans sa période aventure maritime). Le dernier récit de ce deuxième recueil s'intitule "Dans la crainte de la mort". Il s'agit d'un extrait de Snowbound, un livre s'inspirant de ses souvenirs de tournées du temps du Lyceum Theatre.

Enfin, l'Irlande est à l'honneur au travers du "Géant invisible". Ce récit allégorique puise son inspiration dans une lettre écrite par la mère de Bram Stoker à propos de l'épidémie de choléra qui toucha la petite ville de Sligo. Témoignage et nouvelle ont eux-aussi déjà été publiés4, ce qui n'est pas le cas du "Prêteur d'argent". Ce dernier texte est, comme "la Catastrophe", un chapitre extrait d'un roman encore inédit en France de Stoker, the Snake's pass. Au-delà de l'histoire de chasse au trésor qui est au centre de ce roman, "le Prêteur d'argent" décrit fort bien l'Irlande du xixe siècle.

Déjà fort parlants en eux-mêmes, les récits de Bram Stoker sont en outre explicités par quelques notes et par les excellentes postfaces d'Alain Pozzuoli consacrées à "un Auteur et son double", "Face à la peur" et "un Irlandais en exil". Même si les textes présentés dans ces trois petits livres n'ont définitivement pas la puissance évocatrice de Dracula, ils permettent cependant de mieux appréhender le romancier et surtout l'homme qui se cache derrière l'auteur de la plus célèbre histoire de vampire.

Notes

  1. Rédacteur en chef du troisième numéro de la revue Emblèmes consacré aux momies, Alain Pozzuoli y a fort logiquement invité, parmi d'autres auteurs, Bram Stoker avec un extrait de son roman le Joyau des sept étoiles.
  2. Parus dans le recueil la Palissade rouge en 1997.
  3. Paru dans le recueil la Palissade rouge.
  4. Dans le recueil la Palissade rouge.